Un peu d'histoire .... Il est nécessaire de connaître le passé pour comprendre le présent et préparer l'avenir

SAINT CLAUDE

st claude 01.JPG

L'origine de la fête de Saint Clauide remonte au siècle dernier.

EN 1854, une épidémie de choléra se repand dans la région. Il existe des témoignages authentiques.

A Fauverney, en deux jours , 14 décès dans le même quartier.. au total 57 décès (extrait du registre des délibérations municipales et d'une lettre bouleversante du médecin du village.

On constatait de nombreux décès sur Cessey sur tille d'où la création d'un nouveau cimetière. Quelques cas à LABERGEMENT;

A IZIER, la paroisse avait déjà une dévotion à Saint CLAUDE puisque la statuette du 17e siècle était dans l'ancienne église . Il faut dire que ce Saint, évêque de BESANCON et abbé de Condat, mort en 697, était invoqué dans la région comme saint guérisseur ; la piété populaire lui attribuait de nombreux miracles.

Pour être épargnés de ce mal qui répandait la terruer, à l'égal de la peste, nos civils se réunirent et décidèrent de se mettre sous la protection de ST CLAUDE, multipliant les prières afin qu'il intercède Dieu en faveur du village.

IZIER ne connut pas l'épidémie et dès lors ses habitants, reconnaissants, firent le voeu de célébrér sa fête le 6 juin, anniversaire de sa mort. Ce sont nos ancêtres qui ont rapportés ces faitsw.

On invoqua ensuite Saint CLAUDE pour les "liens de la terre" ; presque chaque année on lui demandait la pluie, nos terres sablonneuses, trop perméables ne gardant pas l'eau et les cultures était alors souffreteuses.

On lui demandait aussi d'éviter la grêle , fléau redouté par nos ruraux. Aussi, même si on obtenait une "rosée", on croyait fermement à l'intervention du saint

Certains même, surtout les hommes allaient à la messe une fois de l'an : le 6 jui ... c'était aussi un jour férié pour le village et les écoles s'en rejouissaient ;

Depuis plusieurs années la statuette restaurée par les Beaux arts passaient de foyer en foyer ...ou on lui donnait une place d'honneur.

Aujourd'hui vous pouvez toujours l'admirer dans notre village.



SAINT PRUDENT

source WIKEPEDIA

st prudent 02.JPG

Les armoiries de la COMMUNE sont constituées :

- le marteau (attribut de SAINT PRUDENT)

Thibaut, moine de Bèze fit une liste des miracles opérés par les reliques de saint Prudent ( Thibaud de Bèze, «Actes, Translation et Miracles de saint Prudent, martyr», Acta Santorum, éd. Paris, Octobre III), , d'après les récits d'auteurs anciens et de personnes dignes de foi. Cependant, il dit ne pas avoir été témoin direct de ces miracles. On trouve de nombreuses guérisons :

  • des paralytiques : Rayneldes et Gautselin de Selongey, un autre de Saint-Seine, un Olfrand de Chevigny, un enfant de Blagny, une Arisma de Bourberain
  • un sourd et muet : un enfant de Flée
  • des aveugles : un de Mantoche, un Aldegand de Viévigne en l'an 921.
  • un aveugle et muet : Gauslin d' Is-sur-Tille.
  • des possédés du démon : Ernebert de Beire amené à l'abbaye attaché sur un char et lié avec de fortes courroies en 883, Wine baut de Bourberain.
  • des boîteux : Ermembault de Lentilly, Olfaida de Chevigny.
  • un enfant impotent de Beire paralysé du bras et de l'épaule droite, ce miracle fut obtenu le vendredi saint de l'an 884.
  • un estropié suite à un vol de cerises : Winebaud de Pouilly-sur-Vingeanne.

Il brisa les liens de deux enchaînés : un habitant de Bourberain, un Humbert de Rozières. Il ressuscita trois personnes : un enfant noyé à Lux, un Siméon de Bèze tombé du pont de la Bèze et entraîné par les grandes eaux et un autre enfant noyé de Bèze tombé dans la rivière en 1225. En l'an 1116, saint Prudent guérira un enfant né aveugle, un jeune homme de Flacey possédé du démon et un homme paralysé de la main.

- les deux flèches de SAINT BENIGNE sur fond d'azur



SAINT BENIGNE

source WIKEPEDIA

st claude 02.JPG

Saint Bénigne de Dijon subit le martyre à Dijon, vers l'an 179. Apôtre de la Bourgogne, il était à ce que l'on croit disciple de saint Polycarpe. On le fête le 1 er novembre.


Selon la tradition, saint Polycarpe de Smyrne l'envoya en Gaule avec saint Andoche, prêtre, saint Thyrse, diacre qui sont vénérés à Saulieu comme évangélisateurs et martyrs. Il a été reçu à Autun par saint Faust, père de saint Symphorien, et par sa sœur sainte Léonille de Langres. Il évangélisa d'abord cette cité en baptisant les trois frères jumeaux puis vint à Dijon.

Il est appelé aussi Broingt et Bénin. L'église de Thury-Harcourt (Calvados) lui est dédiée. Fête le 1er novembre, mais on trouve aussi le 21 novembre (peut-être par confusion avec saint Bénigne de Milan).

Sur l'emplacement de son tombeau fut élevé au VI e siècle, l' Abbaye de Saint-Bénigne de Dijon transformée tardivement en cathédrale



st prudent 01.JPG